Catégories

Afriquecarnet de voyage

Mauritanie mai 2015 – carnet de voyage

Les dates sont calées, on ira du 1 au 17 mai.

On va profiter des ponts pour prendre le temps de passer en voiture du Sahara Occidental (Maroc) au nord de la Mauritanie (Nouadibouh) car en avion, pour aller directement à Nouadibouh, ça coûte encore un bras.

Paris – Dakhla

Le Paris-Dakhla A/R, un grand classique, pour 471,09€, on ne coupera pas à la nuit à l’aéroport de Casa au retour.

Aller
Vol 1 jeudi 30 avril 2015
10:00 Paris, France ­ Orly, terminal S > 12:00 Casablanca, Maroc ­ Mohammed V, terminal 2
17:00 Casablanca, Maroc ­ Mohammed V, terminal 1 > 19:20 Dakhla, Maroc ­ Dakhla

Retour
Vol 1 samedi 16 mai 2015
20:20 Dakhla, Maroc ­ Dakhla > 23:25 Casablanca, Maroc ­ Mohammed V, terminal 2
Vol 2 dimanche 17 mai 2015
08:20 Casablanca, Maroc ­ Mohammed V, terminal 2 > 12:15 Paris, France

On passe donc une nuit sur le kitecamp des nomades, en haut de la lagune. C’est Guillaume qui a repris le camp, qui est presque full. et le lendemain, une sorte de pick-up passe nous prendre.

Direction La Mauritanie !

Dakhla – Nouadhibou

la route est longue et le passage de frontière aussi. Départ vers 9h-10h, arrivée à la frontières vers 13h.

le premier objectif est de quitter le Maroc (pré-requis pour entrer en Mauritanie, cela va sans dire, mais ce n’est pas si évident). On passe donc toute une série de bureaux pour avoir le tampon de sortie du territoire. On rempli les papiers (sur un coin de bureau qui m’a valu une sacrée remise à niveau de ce qu’est un bureau dans le désert Saharaoui). On va boire un café tandis que le conducteur du pick-up s’affaire sur les formalités du véhicule (fouillé a priori).

On quitte enfin la zone frontalière et on entre dans le no-man-s-land… une piste de 5-10km (ça fait drôle car on arrive d’une route en bon état) hyper caillouteuse, j’en ai mal aux pneus. Des ossements de voitures, de car, de camions, de télés… assez bien organisés. On est dans la zone qui n’est plus le Maroc et pas encore la Mauritanie. C’est ici que les personnes qui n’ont pas les justificatifs de leurs véhicules mais qui veulent continuer leur route, abandonnent leurs carcasses.

Franchement, c’est carrément Madmaxien comme paysage

En fin de no man’s land, on arrive à l’entrée de la Mauritanie. Un portail d’une enceinte en pierre, c’est le poste douanier nord Mauritanien.

Les douaniers sont en train de manger, on va donc attendre une bonne heure pour pouvoir aller faire le visa. (Le visa le plus cher du monde je crois..en tous cas, moi, je n’ai jamais vu aussi cher, même pour l’Algérie). Des chiens de douaniers rôdent, la frontière est quand même bien gardée. Les gens nous regardent chelou. on sent que ce n’est pas une grande habitude que de voir passer des touristes par ici.

Une fois le visa fait, photo, collé sur le passeport, empreintes claquées.. c’est bon, on peut y aller. On n’est plus très loin maintenant. Quelques dizaines de km tout au plus pour y arriver. C’est à peine 10km au dessus de Nouadhibou.

N’empêche qu’il est au moins 20h, finalement ça nous aura pris 10h c’t’histoire, pour 400km.

on arrive au campement de Sidi, l’auberge des Dauphins, dans la baie de l’étoile.

L’auberge des Dauphins.

Là bas, on retrouve Omar et Ahmed de l’auberge des Nomades. c’est cool.

 

 

Laisser un commentaire