Catégories

Amérique(s)

Brésil, préparation voyage automne 2011

Les lieux :


Afficher brésil 2011 sur une carte plus grande

 

de Cumbuco à Paracuru voire Ilha di Guajiru .

Un petit coucou depuis Icaraï de Amontada ou nous nous sommes posés depuis 3 jours maintenant et ou nous resteront jusqu’au 11 novembre tant le Spot est sympa surtout la partie du delta formé par le Rio Moitas qui fait penser à un immense lagoon ou on a pieds quasiment partout.

Dans ces conditions + les 25 à 30 noeuds de moyenne journalière ( tout le monde y compris les poids lourd naviguent en 7 M ) difficile de ne pas progresser.

Alan ( un ex de l’Akif et Patron de Pais Tropical nous a , en plus , trouvé une maison pour nous 8 super sympa et qui surplombe le Spot.

Nous vous enverrons de Photos dés que possible.

Coté spot on a donc fait quelques spots similaires aux votres:

– Icarai de Amontada

– Ilha do guajiru

– Cumbuco

Pa Pa Pa, Jery, Forta, le Brésil … je pourrai sans problème vivre la bas.

Jery c’était énorme, downwind tous les matins pour aller sur le spot. La bas quant il n’y a pas de vent il y a 18Knts clip_image006

Le village est énorme, il faut a peine une journée pour s’intégrer tellement c’est à la cool, en plus on était dans la plus belle maison du village (2 dans une maison pour 10 personnes).

Effectivement il vaut mieux ne pas être débutant, au premier downwind, les avants qui croisent les arrières, 3 loops et largage. Mon pot m’a ramené sur la plage. On a aussi aidé deux personnes en galère, et ramené sur la plage quelques planches.

Le seul porbléme c’est que la bas il commencent à sortir à 3h du mat clip_image007

Autre :

Malgré le boulot j’ai réussi à préserver mon dimanche et j’ai pu faire connaissance avec les vagues de la Praia Mole.

Coup de chance inouie je n’avais pris qu’une 7m2 et éole m’a gratifié d’un 20 – 25knt. J’ai trouvé un surf au coin d’une rue et c’est partie.

2h30 de nav sur une plage magnifique au début tout seul puis rejoins par 3 surfers.

Les vagues étaient un peu décevantes mais c’est normal par vent de sud d’après les locaux. Elles étaient inconsitantes 1 m en moyenne en allant de rien à 2m. Les belles séries étaient très agréable à surfer avec des beau pic bien raide qui se formaient.

L’eau devait être à 18°C avec le fond de l’air un peu frais.

Je suis aussi allé faire un tour du coté campeche et c’est magnifique avec l’ile juste en face par contre le vent était trop sud pour que la houle rentre.

Le lagoa de Concecao est effectivement idéale pour les débutants et les freestylers. Par sud le vent semblait bien irrégulier quand même à cause du relief bien prononcé de l’ile.

A refaire absolument quand j’aurais du temps …

Ébauche de programme :

1 ) 4 ou 5 jours de Free style à Cauipé à Cumbuco

2 ) 2 ou 4 jours chez Stéphanie à Taiba www.taibakitesurfing.com

3 ) 3 ou 5 jours à la CASA L’OCCITANE chez Eves et Jean louis CHAULET à PARACURU info@pousada-paracuru.com

4 ) 1 ou 2 jours chez mon pote Joseph CARNEIRO à ILHA DI GUAJIRU josephcarneiro@hotmail.com

5 ) 1 semaine ou 2 chez Alan, Jérémie et Laetitia http://www.pais-tropical.com/kitesurf-fr.html

6 ) Ensuite on verra peut être Barra Grande

Mais si je devais passer 2 semaines au Brésil, sans hésiter je retournerai directement à Icaraizinho pour ne plus y bouger.

Si je pouvais y passer plus de temps, je passerai quelques jours à Paracuru car le spot de vagues est vraiment bon, et remonterai vite sur Icaraizinho. J’irai ensuite jusqu’à Barra Grande que je ne connais pas, et quelques jours avant le retour, je redescendrais sur Combuco pour naviguer un peu à Cauipe si le lagon n’est pas blindé de monde, et sur Tabuba, moins joli mais beaucoup moins fréquenté

à Paracuru je connais Eve et Jean louis ( Casa l’Occitane info@pousada-paracuru.com ) qui pratiquent des prix tt à fait raisonnables et en plus ils sont très sympa. Ils peuvent venir te chercher à l’aéroport faut compter 2H00 depuis Fortaleza à Paracuru.

Mais il y a mieux à faire c’est de passer 1 ou 2 journées à Cumbuco te laissant le temps de louer une gol chez Tina aller naviguer à Cauipé puis tailler la route jusqu’à Paracuru ( ne pas oublier le permis international )

clip_image008de yoyobry » Dim Sep 19, 2010 1:47 pm

Bonjour, je suis nouveau sur le forum. J’ai apris le kite au Brésil et je compte vous faire part de mon experience.

Pour le taxi depuis Fortaleza, je vous suggere LORRO (contactez moi par MP pour son numero)

Sinon cauipe, c’est vraiment extra quand ya pas 200 personnes sur la lagune. Au cas ou, il y a toujours la mer quelqes mètres plus loins. Mes billets d’avion avec la TAP ont couté 1000€/pers je crois.

Pour les vagues [quote= »Guch »]Je réfléchis à passer 2 semaines au Brésil cette année; sûrement les 2 premières de novembre

à la recherche de vagues, je prévois un petit séjour à Paracuru; [/quote]

je te conseille vraiment le paracuru. Saluez Fabilio Rocha LE prof du paracuru professionnel dans les vagues de la part du francais roux. n’oubliez pas de visiter le surf shop de sa femme.^^

SPOTS :

J’ajouterai pour ma part que le brésil n’est pas une destination pour débutant:

suivant les spots, on se retrouve rapidement dans des zones de surpopulation avec pour seule règle de naviguation: si t’envoie pas comme un porc t’a rien à faire sur mon spot. D’où beaucoup de croisement de lignes pendant la première semaine que j’ai passé à Taïba.

ensuite, moi c’est principalement Icarai que j’ai aimé: spot avec des zones de flat, de la place pour tous, une ambiance génial de la poussada Pais-Tropical de Alan qui m’a fait esseyé, cerise sur le gâteau, les Liquid Force Hifi de 2008 que j’ai adoré!

Ensuite ce qui était génial c’est:

– le rythme de vie: réveil, petit déj, sieste dans hamac, rouler sur la plage, kite, rentrer, sieste, manger des langoustes, boire, oulbier, dormir….

– on se sent bien loin de tout!

– on se pose pas la question si il y aura du vent, y en a tous les jours

CR :

J’ai mis mes photos en lignes : http://franck.levesque.free.fr

Elles ne sont pas d’aussi belle qualité que celles de Sandrine, mais bon, ça donne quand-même une idée du voyage en attendant les siennes et celles des autres bien sûr.

CR Trip KITEpirinha au Brésil (17 Oct. – 12 Nov. 2009)

Je suis parti le 17 Oct. avec Dan, Tony (webny) et Olivier (olfo) sur le vol Paris – Fortaleza via Lisbonne de la TAP.

Philou et Sandrine (Sandy) nous ont rejoint le 19 Oct. si mes souvenirs sont bons (la cachaça, ça n’aide pas) et sont repartis au bout de 2 semaines.

Rey et Julien (Leju92) sont arrivés plus tard, le 28 Oct., et nous avons fini notre trip ensemble.

Mais revenons au 17 Octobre. Une fois l’avion posé, nous avons pris le chemin de Combuco.

Nous avons fait de l’hôtel Durobeach notre camp de base. C’est également l’hôtel qui s’est occupé de notre transfert.

L’hôtel est propre, confortable et sûr, sa clientèle est essentiellement Européenne, à l’exception d’une bande de Russes bruyants et alcoolisés arrivée la dernière nuit.

Il est situé juste en face du principal spot de Combuco, et ça, c’est vraiment pratique!

Le bar de l’hôtel offre un service de restauration tout à fait correct, les assiettes sont copieuses et variées, les jus de fruits sont conséquents, les caipirinhas et autres joyeusetés aussi.

La sieste peut se passer dans un hamac, une chaise longue ou un pouf géant (ma préférence), il y a l’embarras du choix.

Le centre de Combuco est à 3 minutes à pied, on y trouve des mercadinhos, des boutiques, une pharmacie et un tas de restos.

Je conseille le ‘Gaucho’ pour son filet mignon, et le ‘5 Reais’ pour son prix. J’ai oublié le nom des autres, mais grosso modo, ils sont tous bons.

Bref, le Durobeach est un excellent sas de décompression pour commencer notre trip au Brésil!

A Combuco, le vent n’est pas très fort: j’ai navigué en 12 et en 9.

Le spot ne mérite pas de traverser l’Atlantique pour s’y rendre, mais il reste sympa à marée basse. A marée haute, c’est un peu le chantier…

Nous avons loué nos voitures (un Wolkswagen GOL, un genre de croisé entre la Golf et la Polo) auprès de Tina, une copine de Dan, à l’agence Rentacar située à la station essence. C’est également là que se situe le distributeur de billets.

Les voitures ont la clim, et avec leur système Flex, elles roulent indifféremment à l’essence ou à l’éthanol. L’alcool coûte 1/3 moins cher que l’essence, sent moins mauvais, mais la voiture en consomme comparativement plus. Comme quoi l’alcool et la voiture ne sont pas forcément incompatibles…

Une fois motorisés, depuis Combuco nous sommes allés naviguer aux lagunes de Cauipe, Tabuba et Taiba.

Cauipe ressemble un peu à Cergy en terme de surface navigable. C’est flat de chez flat, il y a à peu près 80 ailes au m2, et il s’y pose un backmobe, handle pass ou autre KGB à peu près toutes les 5 secondes. Du lourd, du gros, du show off!!! Pas étonnant qu’on retrouve l’endroit dans la presse spécialisée, l’endroit s’y prête vraiment bien.

Bref, les plus timides vont naviguer dans le fond de la lagune, les autres prennent leur tour dans la machine à tricks.

Une chose curieuse: ça dévente au milieu de la lagune, tandis que l’air impeccablement bien… devant les cabanes.

Tabuba est une lagune située à 15 minutes de Combuco en direction de Fortaleza. La lagune est plus petite et n’a aucun charme, mais offre l’avantage d’être bien ventée et beaucoup moins peuplée que Cauipe. C’est là que j’ai osé (et posé!) mon premier kiteloop backloop. A Cauipe, j’aurais probablement croisé mes lignes avec une vingtaine de kites.

Seul gros inconvénient de Tabuba en dehors de son accès nécessitant une bonne maîtrise de la conduite sur sable (ou du désensablage, c’est selon), c’est qu’il n’y a pas d’ombre. Crème 50+, lycra et bouteilles d’eau sont de rigueur.

Taiba, j’en parlerai plus tard puisque c’est la troisième étape de notre voyage, après Paracuru.

Ben justement, parlons de Paracuru.

On a quitté Combuco et le Durobeach pour s’installer dans la pousada Casa l’Occitane, tenue par Eve et Jean-Louis. Inutile de préciser leur région d’origine.

La pousada est charmante, clean, la table à manger fait 20 mètres de long, et l’accueil est chaleureux.

Par contre, le wifi est payant à la journée, le dîner est distribué à doses homéopatiques (sauf le dernier repas, soyons honnêtes), et il faut dormir avec la clim et sous une moustiquaire. Je précise que c’est le seul endroit du trip où j’ai rencontré des moustiques.

Le spot de Paracuru vaut quand à lui le détour : de la belle vague avec le vent bien orienté pour en profiter, et du flat entre elles. Un régal, et pas seulement réservé aux amateurs de vagues!

Sur la plage, il est possible de se restaurer à l’ombre et assis. Il y a même un vendeur de plage qui vend des sorbets d’açai avec ou guarana, et accompagné de céréales: excellent pour refaire le plein d’énergie!

Il y a aussi 2 masseurs shiatsu, Frederico et Antonia, qui vous remettent d’aplomb en un rien de temps. En 40 minutes, Antonia est venue à bout d’une tendinite qui m’a éloigné du wake et du kite pendant un mois et demi avant mon départ. Un truc de dingue, je ne peux que vous conseiller de passer entre leurs mains si d’aventure vous passiez à Paracuru, et ce n’est pas Philou qui vous dira le contraire. Notez que Frederico et Antonia se déplacent aussi pour vous masser dans la pousada où vous résidez.

Toujours à Paracuru, nous avons fait la rencontre de Michel (F283), qui nous a invités chez lui à un atelier caipirinha. Cette boisson n’a plus de secret pour nous maintenant, merci encore Michel pour tes bons conseils et pour cette excellente soirée où on a bien rigolé, chanté, etc…

On a quitté ensuite Paracuru pour Taiba où nous nous sommes installés dans la pousada de Stephy, une copine de Dan. C’est là que Julien et Rey nous ont rejoint.

La pousada est magnifique, spacieuse, et dispose d’un système très ingénieux d’aération qui permet de se passer de la clim.

Le jardin est grand, le resto et le bar disposent d’un grand écran où passent des DVD de… kite ou de wake.

Le team Best squattait la pousada. Elle est essentiellement composée de jeunes Canadiens qui envoient du steack dans la lagune avec leurs ailes Team Yarga noires.

Parlons un peu de la lagune: cette année, les pêcheurs du coin l’ont ouverte à la mer, ce qui fait que non seulement l’eau est salée (normalement, elle est alimentée par une rivière), mais en plus, elle est sujette aux marées.

A marée basse, la lagune se résume à une mare à canard: 5 ailes est il n’y a plus de place.

L’endroit est dangereux aussi: il y a des rochers coupants un peu partout sur le bord, mais aussi dans le fond et qu’on ne voit que quand on passe dessus (je vous montrerai ma planche, c’est éloquent).

A marée haute, la lagune devient navigable, mais toujours dangereuse. C’est à partir de là qu’Olfo a commencé à vivre avec des pansements aux pieds. Et que ma 9m a dû subir 4 réparations… Bref, passons.

En face de la lagune, la mer est un véritable champ de bataille. Il vaut mieux se diriger vers le spot en face du centre du village, où les vagues sont beaucoup plus praticables. De là nous avons fait un downwind bien sportif jusqu’à la lagune.

Avec Rey, j’ai également navigué le dernier jour dans une autre lagune, située au milieu des dunes, derrière le village. Pour y accéder, il faut se garer au point panoramique de Taiba, et marcher 10 bonnes minutes dans les dunes avec notre matos sur le dos. Le vent, sans être rafaleux, change d’intensité de manière progressive mais importante. J’ai beaucoup aimé y naviguer, d’autant plus que la surface était un mirroir, l’eau était douce, et que nous n’étions que 2 dans cette grande lagune.

Seul point négatif, en dehors de l’accès un peu pénible: il y a de grandes herbes marines qui rendent difficile le redécollage de l’aile, car elles se prennent dans les lignes.

Mais rien de bien méchant malgré tout.

Bref, je garde un souvenir mitigé de Taiba, car sa lagune principale n’est aux dires de Dan plus du tout la même, et aussi pour une sombre histoire d’argent: Stephy s’est associée à Sonia et a gonflé le personnel de la pousada, et en voie de conséquence, ses tarifs.

Rey et Julien, qui étaient logés dans une chambre grande comme un placard et sans salle de bain, ont dû débourser 50 Reais la nuit. Pour les autres, répartis dans une chambre de 2 et une autre de 4, toutes deux avec une salle de bain, c’était 60 Reais par personne. Et encore, après que Dan ait discuté avec Stephy. Bref, c’était vraiment abusé.

Le 2 Novembre, nous avons quitté Taiba et pris la route en direction de Icarai de Amontada, ou Icaraizinho. Un endroit magique, protégé par 27 km de piste: le paradis, ça se mérite! Nous voulions nous poser dans la pousada d’Alan, mais comme il n’avait plus de bungalos de libres pour tout le groupe, il nous a dégoté une maison à 100m de son club de kite. Une maison en bois, en hauteur d’une dune, et donnant sur la plage, offrant une vue extraordinaire et le bruit du ressac pour nous bercer le soir.

Topissime!!!

Alan nous a annoncé que nous arrivions à point nommé car c’était le soir de la pleine lune et que nous allions regarder le soleil se coucher sur les dunes et dîner en face de la rivière. Si vous regardez les photos, vous comprendrez vite que cette soirée a certainement été la meilleure de tout le trip.

Car une fois le soleil couché, on nous a servi dans une cabane au bord de la rivière de la caipirinha jusqu’à plus soif, avant de profiter d’un excellent dîner à base de langouste et de poisson. Une fois rentrés des dunes, la soirée a continué dans notre maison-à-la-vue-imprenable, et a pris un virage incontrôlé. Les photos sont éloquentes, et reflètent également bien l’ambiance du groupe pendant ce trip. Je vous laisse juges…

Le lendemain était aussi le dernier jour de vacances pour Philou et Sandrine, et ils ont souhaité le passer à Ilha do Guajiru dont Dan nous avait tant parlé.

Malheureusement, nous n’avons pas eu de chance au niveau des conditions de nav là-bas: avec la pleine lune, les coeffs de marée étaient élevés, et nous sommes arrivés à la marée montante, avec beaucoup de clapot, et accompagné d’un vent fort et rafaleux.

Bref, si l’endroit est vraiment joli et un peu sauvage, mais nous en sommes repartis déçus car nous nous attendions à rider sur un grand mirroir, ce qui était loin d’être le cas.

Nous avons passé le reste de notre séjour à Icaraizinho, en regrettant l’absence de Sandrine et de Philou qui venaient de nous quitter.

Le spot d’Icarai de Amontada n’a rien d’exceptionnel en soit du point de vue de la navigation. En fait, il vaut mieux descendre un peu au vent jusqu’aux éoliennes pour disposer d’un bon plan d’eau, avec des vagues agréables et du flat en bord de plage.

En revanche, le spot situé à l’embouchure de la rivière Moitas est vraiment excellent, et à mon goût, le meilleur de tout le trip. Mais bon, les goûts et les couleurs…

Pour s’y rendre, c’est un peu le Camel Trophy: il faut se taper 6 km de piste jusqu’au village de pêcheurs de Moitas, dégonfler un peu les pneus, et rouler sur la plage.

C’est tout un art de rouler sur une plage: il faut éviter le sable sec et s’approcher assez près de la mer, mais pas trop non plus, sous peine de s’enfoncer dans le sable trop mouillé. Mais une fois qu’on a pigé le truc, ça devient très drôle.

En arrivant à l’embouchure du fleuve, on découvre un spot d’eau très peu profonde, avec du flat, toujours du flat, encore du flat. Un régal! Comme nous sommes plus au Nord, il faut sortir la 7 ou la 9. La 12 ne sortira plus de son sac…

Un régal disais-je, sauf pour Olfo qui, 3 jours avant son retour, s’est fait une double fracture du talon sur un backloop un peu trop aérien pour finir sans planche et sur les talons… dans 5 cm d’eau.

Il vous donnera certainement plus de détails sur son accident.

En tout cas, Alan a été d’une aide précieuse puisqu’il a organisé son déplacement jusqu’à une clinique à Itapupoca (ou un nom du même accabi). Merci encore Alan!

La veille de notre départ, nous sommes partis naviguer dans une lagune située de l’autre côté du rio. Le voyage en buggy et 4×4 a été épique, mais ça en valait vraiment la peine car la lagune était immense et le vent laminaire.

Evi, le chauffeur du buggy, nous a ouvert des noix de coco à la fin de notre session: un délice qui tombait à point nommé.

L’endroit était très sauvage, il y avait des ânes et des chevaux un peu partout, et rien que nous à naviguer. Et comme toujours quelques pêcheurs venus lancer leurs filets avec l’eau à la taille.

Icaraizinho, c’est un peu le deuxième effet Kiss Cool du Brésil: on se prend une claque en arrivant au Brésil, et on s’en reprend un en arrivant à Icaraizinho.

L’endroit est encore bien épargné du tourisme de masse, en tout cas il n’a rien à voir avec Combuco. Les habitants sont sympas, les langoustes de chez Chico sont servies en abondance, le village a conservé son cachet et son âme.

Et la dernière journée de mon trip que j’ai passée à Combuco a accentué ce côté exceptionnel d’Icaraizinho. Franchement, je reste sous le charme de l’endroit et me vois bien y passer 15 jours d’affilée.

Voilà, je crois avoir fait le tour de notre voyage. J’invite Sandrine, Philou, Olfo, Tony, Rey, Julien et Dan à le compléter ou le corriger, et également à joindre leurs photos et vidéos.

Je pense plus particulièrement à toi Sandrine, qui a un oeil de photographe et qui a pris des clichés magnifiques de notre voyage.

Pour conclure, je dirais que le Brésil est une excellente destination pour le kite, j’y ai fait des progrès considérables, et j’y retournerai sans aucun doute.

J’ajouterai quand-même que le matos prend vite un coup de vieux là-bas (Julien a payé le plus fort tribu de nous tous) et qu’il faut quand-même compter sur un budget conséquent pour cette destination. Et bien couvrir ses arrières en matière d’assurance rapatriement…

Et vive le Brésil, son peuple, sa musique, ses paysages, son vent, sa caipirinha et ses langoustes!

Logement :

CUMBUCO – DUROBEACH

http://www.durobeach.com/

TAÏBA – ALMARELA ( STÉFANIE )

http://www.taibakitesurfing.com/

PARACURU – CASA L’OCCITANE ( EVE ET JEAN LOUIS )

http://www.pousada-paracuru.com/

ICARAÏ DE AMONTADA – PAIS TROPICAL

http://www.pais-tropical.com/

Pour info nous avons un nouvel inscrit à l’Akif : Michel alias F283 qui a pignon sur rue à Paracuru et qui pourrait nous être une précieuse source d’information.

On peut avoir des billets A/R par la TAP pour moins de 1000,00 € s’ils sont pris assez tôt. Ensuite pour les Pousadas et la bouf il faut compter une moyenne de 30,00 € / jour voire un peu moins si vous allez chez JC un français qui va gérer une pousada à vendre à Cumbuco à partir de septembre 09.

Le prix pour une chambre à 2 voir 3 ne dépassant pas 15,00 € / jour ( soit 5,00 € par personne ! ) .

A Taïba ma copine Stéphanie qui tiens également une merveilleuse Pousada pourra nous recevoir également pour un prix très raisonnable. A Paracuru, j’ai également des plans de même qu’Ilha di Guajiru. F 283 alias Michel pourra aussi nous être de bon conseil puisqu’il vit là bas 4 ou 6 mois de l’année.

Avec le downwind habituel paracuru à jéri.

Si c’est confirmé que le Lagoon de TAÎBA a repris ses dimensions d’origine on pourra suivre notre programme et réserver chez Stéfi ma copine et propriétaire de la Pousada ALMARELA http://www.taibakitesurfing.com/home-kitesurf-taiba-brazil.html

Petit changement de programme. Stéphi de Taïba nous conseille de venir plutôt le 28 octobre pour la plaine lune ( grande marée ) . J’ai, par conséquent, tout décalé, et avancé notre séjour à Paracuru ce qui nous ramène au programme suivant :

CUMBUCO : DUROBEACH Samedi 17 octobre 09 au Vendredi 23 octobre 09 RESERVE

PARACURU : OCCITANE Vendredi 23 octobre 09 au Mardi 27 Octobre RESERVE ( grâce à F283 Alias Michel qui connait Eve et Jean Louis les tenanciers de la Pousada )

TAÏBA : AMARELA Dimanche 28 octobre 09 au Lundi 02 Novembre 09 RESERVE

ILHA DI GUAJIRU : LAGOA BEACH Lundi 02 Novembre 09 au dimanche 8 Novembre 09 PRERESERVE

Durobeach à Combuco : s’informe auprès de Kris contact@durobeach.com

Liste matos :

Pas pour vous mettre la pression mais voici un premier aperçu du contenu de ce qu’il me semble être nécessaire de prendre et répartir entre :

le Boardbag avec ou sans roulettes pas trop volumineux ( cela ne sert à rien de prendre un grand car 23 Kg est le maxi autorisé )

Une grande valise de 82 L ( qui permets de mettre également 23 Kg )

Un sac a dos en cabine ( le Portable entre autre et les objets usuels autorisés )

Pas trop de fringues .

Blenderm, Grand rouleaux de sparadraps, Bétadine, Alcool à 90°, Quetom, Aspirine, genouillère, Bandes velpeau, et protections 50, 30, Collyres, coupe ongle, ciseaux,

Couteau suisse,

Kit de réparation

Plusieurs Lycra manches longues et courtes, Lunettes de soleil, casquette, leash de planches ( ça peut servir )

Permis International

Passeport en règle

Éventuellement le carnet de vaccins avec le groupe sanguin

Devises en Reals ( environ 150,00 à 200,00€ le complément par carte sur place)

Non, certes, au Brésil on est mieux loti que partout ailleurs contre ttes sortes de maladies tropicales ( Paracuru est sur la ligne de l’Equateur ) provenant surtout de ces petites bestioles piquantes et bruyantes et ce grâce à la permanence du vent !

Aucun produits anti moustiques n’est, par conséquent, nécessaires.

J’oubliais, de préciser dans la liste des médicaments à prévoir : de larges bandes de sparadrap type Hypafix transparent et imperméable à l’eau ( 10 CM X 2 M )

Egalement des pansements Optiskin ( Urgo 10CM X7CM )

3 ailes complètes 7 ( 30 % ) , 9 ou 10 ( 60 à 70 voir 80% ) et 11, 12 ou 13 maxi ( 10% )

1 planche

1 Harnais

1 Pompe

1 Casque

1 Gilet de protection

1 Tournevis

Il manque, certainement, des choses essentielles et je compte sur vous pour compléter au mieux cette liste.

Transport sur place :

Il faut compter entre 60 et 80 € / jour pour un buggy classique et qui tombe en panne systématiquement. En ce qui me concerne j’ai opté pour une Punto avec A/C pendant plus d’un mois négocié à 40 € / jour avec comme intermédiaire mon pote JC responsable d’une Pousada en vente toujours pas vendue et très bon marché uniquement pour les kiteurs français ( le bouche à oreille ) .

L’idéal serait de faire un camp de base dans cette Pousada ( KITECAMP ) et rayonner ensuite soit en DOWNWIND soit en bagnoles , Buggy ou 4 X 4 sur les Lagoons de Caipe ou Taïba puis d’aller de Pousada en Pousada tt le long de la cote.

Ci joint un plan de cette cote

http://www.ilha-do-guajiru.com/imgs/gettingthere_eastroutebig.jpg

clip_image008[1]de F283 » Jeu Aoû 27, 2009 4:59 pm

Salut Franck,

Le mieux est de filer direct vers Paracuru ou Cumbuco, ce qui implique de ne pas trainer lors de la descente d’avion, la tu as deux possibilitées de prendre un taxi ou de louer sur place une voiture à l’aéroport il y a pas mal de loueur,

Alors pour les downwinds c’est trés chaud en voiture car il faut connaitre et c pas évident, mais ce qui est pour les downwinds c’est ma spécialité je peut vous en organiser à la demamde avec sécu, assistance, repas ect…

Permis internationnal obligatoire tu te le procure à ta préfecture, valable 3 ans, gratuit.

Pour les cartes routières tu en trouve à Paracuru ou à Fortaleza.

Je reste à ta diposition si tu as d’autres questions

Divers

pour ceux qui est de la CB, il y aavait qu’un distributeur à Cumbuco ( à la station essence la plus proche donc un peu loin du centre )

il vaut mieux prendre un mini de tune car sur les autres spots pas sur qu’il y ait des possibilités de retirer en carte bleue

pour ce qui est du vent en 10 jours j’ai toujours navigué en 7 vegas quasi tout le temps juste un jour ou j’ai sorti la 12 ( un apm à Cumbuco ) autrement c’est plutôt les petites toiles et plus tu montes dans le Nord plus ca souffle ( Le vent est hyper régulier c’est une vrai soufflerie )

question nuit possibilité de sortir à Forlateza ( 30mn de Cumbuco ) sur une place hyper vivante ou tous les jeunes se retrouvent et aussi de se faire l’une des plus grandes boites du brésil, Cumbuco est assez calme bon il ya toujours la possibilité de se faire une free caipirinha

question machins et trucs à ne pas oublier: la crème solaire hyper forte certains spots n’ont quasi aucun coin pour s’abriter ce qui veut dire 4- 5H au soleil, les pansements étanches et non pas waterproof ( perso je me suis brulée sur un buggy et sans ca la cicatrice serait encore plus énorme merci céline qui y avait pensé )

autre :

Pour la carte bleu, un retrait à Cumbuco, un autre à la banco do brasil de Paracuru, ensuite vers le nord c’est la galère donc prévoir du liquide.

Il vaut mieux louer une voiture genre God ou Palio cela passe partout enfin presque ……

Pour les pousadas en principe sur Cumbuco et Paracuru tu ne devrais pas avoir de problème, vers le nord plus problèmatique trés peut de pousada.

Pour la taille d’aile je navigue toujours en 9 m vent 20 à 25 knt en moyenne pour un poids de 83 kg donc suivant ton poids prévoir une 7 m ou une 12 m si tu reste sur Cumbuco car le vent est un peut moins fort et plus tu va vers le nord il monte.

Pour l’avion le mieux c’est la Tap vol Paris Lisbonne, puis Lisbonne Fortaleza c’est direct, pour la matos tu às droit à 2 fois 23 kg par personnes et ton boardbag doit etre inférieur à 150 cm il te feront signer une décharge, attention si vous dépasser le poids et les 150 cm sa fait mal 150 €

Voila j’espére vous voir sur Paracuru.

autre :

Je pense qu’un 4 X 4 HILLUX cabine double 120,00 € / jour pourrait nous véhiculer sans difficulté de Spots en Spot sur route ou le long de la plage (n’oubliez pas de mettre à jour votre Permis international et vérifier la date d’ Expiration de votre Passeport )

Pour info les coordonnées de l’ Agence ou trouver des Réals au meilleur Taux:

APS

233 Bd Péreire

75017 Paris tel 01 45 72 42 62

Le Taux : 2,70 R pour 1 € est particulièrement intéressant en ce moment . ( L’année dernière j’avais changé 500,00 € pour 40 jours au taux de 2,49 )

les devises sont au CCO Opéra 9 rue Scribee ( attention de ne pas aller au 11 qui est également un comptoir de change nettement moins intéressant )

avion

Pas beaucoup de choix:

– TAP (Air portugal) : board bag inclus dans le tarif théoriquement

– TAM ( Compagnie brésilienne) : board bag en supplément

Dans les low cost mais qui partent de berlin ou amsterdam donc pas très pratique

AIR condor

Mon conseil:

essayer avec TAP et TAM et n’hésitez pas à chercher en mettant plusiuers dates de départs et d’arrivé les tarifs peuvent baisser de 200Eur en partant/arrivant un jour plus tôt ou plus tard.

Par la TAP, j’ai trouvé des Vols à 975,00 € à partir du dim 18 octobre 09 date de mon départ prévu normalement pour une quarantaine de jours .

Je passerai les 3 ou 4 premiers jours au Durobeach devant le Spot.

J’aviserai, ensuite, sur place pour faire mon choix parmi la 20aine voire plus de Pousada à Cumbuco.

J’irai ensuite chez ma copine Stéphanie à Taïba qui possède une des plus belle Pousada avec Piscine, BQ, Ecran géant, espace rangement et rinçage Kite, très belles et spacieuses chambres ect…

Puis au gré des envies de chacun ( de ceux qui pourrons venir ! ) on peut continuer vers Paracuru puis se faire une halte Free Style sur l’immense Lagoon FLAT DE FLAT d’Ilha Di Guajiru.

i je comprends bien le lien ci-dessous, en voyageant avec la TAP, on a droit à 2 bagages de 23Kg en soute à l’aller, et 2 de 32Kg au retour, chaque bagage ne devant pas dépasser 158cm?

Par ‘dimensions max. par volume’, que faut-il comprendre :

* longueur + largeur + hauteur <= 158cm

ou bien

* longueur <= 158cm?

http://www.flytap.com/France/fr/VolerAvecNous/AvantDeVoyager/Bagages/BagageEnSoute/

Ce n’est effectivement pas très clair . Il faut savoir quand même que la TAP est une compagnie aérienne très pro kite et qui ne contrôle jamais la longueur des Boardbags qui, en principe, ne doit pas dépasser 1,40 M, la largeur et l’épaisseur n’est alors là jamais mesurée.

A l’arrivée à Fortalezza vous serez étonné par la montagne de Boardbag stockée à part du tapis roulant !

Soit, donc, rassuré Franck ton Boardbag sera noyé parmi les autres . Par contre, et ça c’est très important c’est 2 fois 23 Kg et non 1 fois 46 Kg donc, obligatoirement 2 bagages.

En ce qui me concerne, j’ai un boardbag de Wake Hyperlite très compact et sans roulettes dans laquel je met ma planche, 2 ailes, un harnais, un gilet de protection, un casque 3 barres et des petites choses pour remplir les espaces inocupés .

Puis j’ai une immense valise à roulette ou j’entasse pelé- mêle une aile, une pompe, les fringues, ma cafetière, mon café ( car bizarrement auBrésil le café qu’on trouve n’est pas le même que le très bon qu’ils exportent ! ) , les médicaments, un genouillère au cas ou et tous les petits ustensiles nécessaires à la vie d’un kiteur prévoyant.

Que voilà une bonne idée, Michel, une petite surprise après un bon DW et tout ça au bord de ta piscine , peut on rêver mieux ?

Pour mes compagnons de route, j’ai, déjà, réservé une suite auprès de mon pote Kris patron du Durobeach 24,00 € / jour . J’ajoute, avoir, fait une autre réservation de principe pour ceux qui prendraient le train en marche.

En vidéos :

Le hazard faisant parfois bien les choses, STANCE fait dans son dernier numéro la part belle à notre destination finale, Ilha do Guajiru, que le magasine décrit comme LE secret spot du Ceira.

Le DVD inclut le film ‘Discovering Ilha do Guajiru’ de Jérémie Tronet, également visible à cette adresse :

http://www.ilha-do-guajiru.com/book_holiday_and_kite_in_ilha_do_guajiru_brazil.html.

http://kitersparadise-cumbuco.com/new/webcam.php

Voici le lien de la vidéo dont parle Dan, et que Philou nous a déniché :

http://www.youtube.com/watch?v=GqhpYCsatFc

La surprise se trouve peu avant le générique de fin.

Notez l’affluence sur le spot de Cauipe, c’est le reflet de la réalité.

Idem pour le gros niveau : toutes les 5 secondes, quelqu’un plaque un frontmobe, handle-pass et autre KGB. Du new school à la chaîne, vraiment très impressionnant!

http://www.vimeo.com/14561218

http://vimeo.com/15883881

Il y a un ptite video de notre trip ici:

http://www.youtube.com/user/J3ff64#p/a/u/0/iDw_7KlGF_A

Et la version pour le concours flysurf

http://www.dailymotion.com/video/xb176p_fs091046_sport

Une chtite Vidéo depuis Taïba ou je suis revenu sachant que Stéfie était revenue et que l’ambiance évidemment est revenue.

http://www.youtube.com/watch?v=zdNRB7Mmb90

http://vimeo.com/3868129

En images :

Cauipe : http://propertybrazilestate.com/spaw/uploads/files/cumbuco045cauipe.jpg

Liens :

Sur le forum de l’akif : http://akifkite.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=14&t=38453&hilit=br%C3%A9sil

Laisser un commentaire